Week-end des 10 et 11 septembre 2010

Que dire encore?

Rien, sinon qu’il est bon de se retrouver au milieu de cette bande des 24 heures, que ce n’est pas, que ce n’est plus une course … mais tout simplement un moment de bonne santé et d’euphorie, un gros joint de solidarité, du boucan et du silence, des regards croisés, des blessures oubliées, des tendresses étonnantes, des caresses subtiles, des pieds qui battent à l’unisson pour faire battre les coeur un peu plus fort. Pour eux, on choisirait ce moment là pour régler nos comptes avec la vie.

Ceux qui comprennent ont compris depuis longtemps et les autres ne comprendront jamais …

Fernand le Hogon